Encore le Lâcher Prise

Bonjour à tous 

Suite à mon précédent article, j'éprouve ce matin le besoin de vous expliquer avec mes mots ce qu'est le lâcher prise pour moi .

Pendant mes ateliers , je pose dans les mains des participants un objet dur, pointu, coupant et froid que je ne leur montre pas . Je leur demande ensuite d'imaginer que c'est une situation perturbante et de serrer la main, de s’agripper à cette situation comme nous le faisons tous quand celles ci arrivent.. Vous ne vous rendez pas compte que vous vous agrippez à ces situations ? Que faites vous quand quelqu'un vous blesse ? Vous cherchez des mots pour riposter, vous vous demandez ce que vous avez fait pour mériter ça ou vous êtes en colère.Vous restez fixé sur cet élément perturbateur comme s'il n'y avait plus rien d'autre important dans votre vie. Imaginez vous dans cette situation . Voyez vous comme votre corps se crispe ? Et oui à ce moment là vous êtes agrippé à vos émotions .

Revenons à mes participants serrant leur objet dur, pointu, coupant et froid . Ils font la grimace, bien sûr, ce que je leur demande n'est guère agréable et plus ils serrent la main, plus ils constatent qu'ils ont de moins en moins d'informations sur l'objet, il ne reste plus que la douleur . Et si je leur demande de décrire les ressentis de leur corps , ils remarquent vite que les tensions se sont propagés, bien au delà de la paume de la main . Inutile aussi à ce moment là de leur demander de résoudre une équation, enfin, je n'ai jamais essayé parce que, tout de même j'évite de prolonger trop leur calvaire .

Lâcher prise , ce n'est pas jeter l'objet au loin ou mettre sa souffrance de côté pour continuer son chemin.

Lâcher prise : C'est simplement accepter d'ouvrir la main et de regarder l'objet .

Que se passe t il alors ? L'objet peut être reconnu, on peut l'analyser , on peut même décider de le mettre dans sa poche ou dans un tiroir pour s'en occuper plus tard , on retrouve ses neurones et sa liberté d'action.

 Et voilà lâcher prise c'est simplement accepter de lâcher ses agrippations . 

 

Bien sur, la race humaine est très courageuse et nous pouvons vivre ou "survivre" avec tous nos objets durs, pointus, coupants et froids , calés quelque part en nous pour qu'ils ne nous gênent pas trop . mais le jour où l'on apprend à lâcher prise , on comprend à quel point ils nous empoisonnent , polluant notre énergie , notre joie de vivre , notre vie .

 

Je te souhaite une belle journée , en te souhaitant d'accepter d'ouvrir la main quand tu rencontreras un objet dur, pointu, coupant et froid .

Brigitte Lachaize

   

 

0 commentaires

Lâcher prise

Bonjour à tous !

Souvent, je me dis qu'il faudrait inventer un autre mot pour le "Lâcher prise". Beaucoup de gens le comprennent comme "abandon à la vie" et luttent de toutes leur force pour ne pas s'abandonner, ce qui est normal.

Pour ma part, j'en ai compris le sens le jour où, étant dans une situation  émotivement très pesante, je suis tombée "par hasard" sur une méthode de lâcher prise, je l'ai essayée comme on attrape une bouée et ce jour là, j'ai compris ce que signifiait lâcher prise en conscience .

Lâcher prise, pour moi, n'est pas l’équivalent de "Inch Allah" ou "Si dieu le veut" mais se positionner ainsi :

" Si mon Dieu intérieur veut " 

En lâchant prise sur nos émotions , on ne les nie pas, on ne se nie pas, on lâche simplement les souffrances qui les accompagnent . En lâchant prise, on récupère tous nos neurones , on apprend à se comprendre , à comprendre les autres , on apprend la compassion pour soi même comme pour les autres. 

Parmi ceux qui ont trouvé leur méthode de lâcher prise , il y en a une grande partie qui l'utilisent en situation d’extrême urgence , comme on utilise du "Rescue" et c'est vrai que dans ces cas là, c'est une vraie méthode de survie .

Parce que j'ai voulu transmettre le lâcher prise, je l'ai systématisé dans ma vie, il m'arrive de lâcher prise 5 à 10 fois par jour. Bien entendu, je ne suis pas en situation d'urgence à chaque fois . La plupart du temps je lâche prise pour des broutilles, juste quand je sens que je coince.

J'ai découvert ainsi , qui j'étais vraiment , je ressens que je me suis désintoxiquée de tout ces poisons que sont la rancœur, la culpabilité, la haine, la jalousie .

Mais, au bout d'un an et demi de lâcher prise systématique, j'ai aussi compris qu'il y aura toujours des situations qui réactiveront mes blessures , j'ai compris que croire à la guérison absolue de mes blessures ne m'intéresse pas et n'est pas aidant pour moi, possible que dans 10 ans, je pense le contraire , peu importe. Je préfère penser que le plus important est la façon dont je vis ces moments de réactivation . A l'heure actuelle , je sais que je ne laisse plus aucune situation m'empoisonner , je suis piquée , je lâche prise , c'est tout, tellement simple et libérateur.

Enfin, la dernière chose que j'ai compris tout récemment , ce sont les limites du lâcher prise . Si vous en êtes à un point de votre vie où vous pensez avoir su lâcher prise dans toutes les situations perturbantes de votre vie et que pourtant certaines choses coincent encore , c'est que vous n'avez pas accès aux nœuds restants, ce sont des nœuds qui appartiennent à vos ancêtres, ou à vos vies antérieures, selon vos croyances. Pour atteindre ces nœuds, il convient d'utiliser d'autres outils, tels que les constellations familiales, l'hypnothérapie ou autres . Mais je suis persuadée que le travail sur ces nœuds là est difficile tant qu'on n'a pas débroussaillé tout le fatras qu'on a rajouté depuis notre naissance sur ces nœuds et le débroussaillage , c'est , pour moi, le lâcher prise . 

 

Et pour finir, parce que le "lâcher prise" m'a offert ce magnifique cadeau: " s'autoriser à être ", j'ose écrire des textes comme celui-ci très didactique, mais crois moi, je ne cherche pas à te convaincre , c'est seulement un témoignage de ce que je vis , des croyances que je me suis construites, parce qu'elles sont aidantes pour moi.

Ne prends aucun de mes mots comme une vérité , laisse les résonner en toi et fais en ce qu'il te plait d'en faire ! 

Je te souhaite une magnifique journée !

Brigitte Lachaize

 

 

1 commentaires

Aimer

0 commentaires

Lourd ou léger

Bonjour à tous !

Une petite astuce toute simple pour apprendre à s'écouter: Quand j'ai un projet, aussi simple soit-il, je me demande :

C'est lourd ou c'est léger ?

Je ne cherche pas les arguments, je me le demande tout simplement, si c'est léger, je fonce,  et si c'est lourd , je continue par les questions suivantes :

Est ce que je veux le faire maintenant ?

Est ce que je dois le faire maintenant ?

Est ce que je peux le faire maintenant ?

Je me réponds honnêtement et j'en fais ce que je peux en faire, parfois, je remets à plus tard tout simplement. Il m'arrive encore, bien sûr, de faire des choses que je ne veux pas faire parce qu'il faut les faire et même des choses que je ne peux pas faire, mais c'est un choix, je choisis de faire quelque chose par obligation et qui me met en souffrance, puisqu'au delà de mes capacités du moment. Faire ce choix, en conscience, me permet d'agir avec légèreté, je ne subis pas puisque j'ai choisi et il m'arrive, même, de transmuter ce moment lourd en moment léger, léger . la vie est un jeu, jouons !

Belle journée à tous !

Brigitte  

0 commentaires

Nos masques: nos amis

Bonjour à tous 

J'ai découvert hier que mon désordre était un masque me protégeant de ma peur du vide. En allant un peu plus loin dans la journée, j'ai aussi compris que cette peur du vide était certainement une peur de laisser une place vide et j'ai compris d'où venait cette peur, je me suis conditionnée à remplir un espace laissé vide, puisque j'ai été une enfant remplaçante d'une sœur décédée.

Je suis sûre que tu vas être épaté du chemin parcouru en une journée à partir d'un simple bureau rangé. En réalité, ce genre de prise de conscience, nous en faisons fréquemment tous, un jour, nous trouvons par hasard une pièce du puzzle de la compréhension de nous même, tout prend sens et nous comprenons le pourquoi du comment.

Tu ne me crois pas ? C'est parce que tu as oublié, et oui, on oublie très vite ces prises de conscience parce que nous ne savons pas qu'en faire. Mais hier encore, j'ai fait une belle découverte, bien plus importante pour moi.

Grâce à Sonia Pasqualetto. j'ai découvert que ce masque m'avait certes "empêchée" d'être moi même, mais qu'il m'avait aussi permis de développer de belles capacités. Pour combler les vides, j'ai "fait" beaucoup et compulsivement. Mes 3 ans de peinture, par exemple, qui m'ont menée aux Chemins de Lulu.

Que signifie cette découverte ? Elle me permet simplement de regarder mon masque avec beaucoup d'indulgence et de bienveillance et au lieu de partir d'arrache pied à sa destruction, je décide à partir d'aujourd'hui de choisir en conscience d'utiliser les capacités qu'il m'a permis de développer, je ne suis pas obligée de le détruire et quand je serai encore obligée de le porter parce que ma blessure est trop souffrante, je ne le rejetterai pas.

En aimant mon masque, je prends soin de la petite fille blessée sans forcer dans l'amour .

Merci Sonia !

Et toi vois tu les belles capacités que t'on permis de développer le plus vilain de tes masques ?

Oui, bien sûr, cherches tu trouveras .    

Belle journée à tous !

Brigitte 

 

2 commentaires

Mon désordre

Je suis quelqu'un de très très désordonnée.

Mon chaos, mon bazar, mon bordel m'ont toujours causé des soucis. j'ai mis une énergie énorme toute ma vie à jongler entre le désespoir de mes proches, ma procrastination sur ce sujet, mon côté rebelle " Non mais pourquoi veut on me changer ?", les tricheries en tous genres du style" Moi, je retrouve toujours tout, si je ne trouve pas cet objet, c'est que quelqu'un me l'a déplacé". Épuisant, vraiment épuisant, cette semaine je me suis demandée si ce désordre était un masque me protégeant de la souffrance d'une blessure ou vraiment un besoin de mon âme. J'ai ressenti que c'était une bonne question pour moi même. Si je découvrais qu'il s'agissait d'un masque, je devrais simplement découvrir la blessure cachée et en prendre soin et si je découvrais que ce chaos faisait partie de moi, je n'aurais plus qu'à l'assumer. Mais par quel bout prendre cette recherche? J'ai simplement décidé de ranger en m'observant. J'ai écouté mes ressentis , beaucoup de bonheur cette fois ci et je me suis souvenue que chaque fois que je rangeais auparavant, je ressentais un grand vide, l'impression que ma vie se résumait à très  peu de choses. J'avais ma réponse, mon désordre est bien un masque qui me protège, me cache cette peur d'être vide, de ne pas avoir de consistance, de ne pas être réelle, de ne pas exister . je n'ai plus qu'à prendre soin de mon enfant intérieur. Pauvre petite fille blessée, comme elle a souffert seule dans sa peur depuis toutes ces années ! Maintenant, je suis là pour l'aimer et lui redonner sa consistance.

Et toi ? Quel est l'aspect de ta personnalité qui t'agace, agace ton entourage ? Est ce un masque ou une partie de toi que tu dois assumer ? Agis, observe, je te promets un voyage en toi même magnifique, et si tu as envie de partager tes découvertes, tu peux le faire ici , pour moi, pour ceux qui te liront et pour toi même !

Belle journée à tous !

Brigitte    

0 commentaires

Dans l'urgence d'être....... heureux !

Depuis la nuit des temps, les hommes ont cherché à construire des outils pour être heureux . Des outils spirituels, en passant par  les religions jusqu'aux techniques de développement personnel , mais aussi tous les outils, dont on se sert dans notre vie quotidienne. En effet, pourquoi la machine à laver a t elle eu autant de succès dès son invention ? Tout simplement parce que les femmes la comprenaient comme un outil du .... bonheur ! Combien de femmes ont imaginé ce qu'elles pourraient vivre pendant ce temps offert par leur machine à laver ? Il est temps de se demander si l'humanité a bien utilisé ces outils : Est on plus heureux aujourd'hui que dans le passé ? Bien sur, vous voyez où je veux en venir, ma réponse est non . Nous avons développé, par contre, des tas de bonnes raisons pour ne pas être heureux .

De l'envie " Ah si j'avais de l'argent et que je n'avais pas à me soucier du quotidien, comme ma vie serait facile ! " 

De la culpabilité : " Quand je pense à tous ces gens qui manquent de tout ! "

La victimisation : " Si seulement , je n'avais pas autant souffert dans mon enfance, je pourrais moi aussi avoir une belle situation et être heureux !"

Je pourrais continuer ainsi sur des lignes et des lignes , longue énumération de toutes les bonnes raisons que l'on se trouve pour ne pas être heureux . mais je préfère poser les choses ainsi: il est temps de basculer dans un autre mode de pensée et de considérer qu'aujourd'hui, nous sommes tous, dans l'urgence d'être heureux, que tout est là, que nous en avons les capacités, ok , on les avait déjà hier et avant hier, peu importe seul le moment où l'on décide d'avancer dans la joie et l'allégresse sur notre chemin de vie est important. Cette décision suffit à trouver maintenant le bonheur. Bien sur, nous aurons besoin d'outils mais ils ont déjà été inventés, 

N'attends pas ton cancer  ta dépression, ton surendettement, ton divorce ton cancer , ton burn out, ton deuil, décide qu'aujourd'hui est ton jour de bascule dans le ......... Bonheur ! 

Brigitte

 

0 commentaires

Ni maître ni disciple

L'autre jour, quelqu'un, que j'aime et estime beaucoup, m'a donné une information, preuve à l'appui, et je me dis " Chouette, j'ai appris quelque chose " Mais aussitôt, j'ai eu un gros beug dans mon petit cerveau. Pourquoi ? Parce que peu de temps avant, une personne, que j'aime et estime beaucoup, m'avait donné une information diamétralement opposée. A partir de là, mon mental est parti au galop. Qui croire? et surtout que faire de mon estime et de mon amour pour ces deux personnes. Oui, parce que franchement, à partir de là, l'information, que j'étais si heureuse de recevoir quelques minutes auparavant, était devenue tout à fait secondaire. J'ai donc, commencé à comparer la valeur de chacun d'entre eux, jusqu'à remettre en question leur honnêteté, à chercher lequel des deux me manipulait. Et comme, je ne pouvais trancher, mon amour et mon estime pour ces deux personnes dégringolaient, plus j'avançais, plus je ressentais une grande tristesse de perdre ces amis .

Heureusement, mon cœur a hurlé: Stop !

Et j'ai compris, tout naturellement, que je n'avais pas de choix à faire, chacun a sa vérité, je ne sais pas encore si la mienne sera, sur ce sujet, celle de l'un ou de l'autre, mais peu importe, c'est leur vérité, elle leur appartient.

N'oublie jamais que personne ne peut connaître ta vérité, écoute les conseils des autres et entends, en toi, leur résonance. Tu es ton seul maître et ton seul disciple, mais la voix des autres, de tous les autres est un révélateur de ta voix intérieure.

Observe, écoute sans jugements ni peurs !  

Belle journée à tous !

Brigitte  

0 commentaires

Refuge

La carte Refuge m'a longtemps posé des problèmes. Pour moi, au début, c'était une carte légère, elle parlait de déprime passagère et était loin de la lourdeur de la carte Passage. Pourtant dès les premiers tirages, je n'aimais pas la trouver, je ressentais une grande tristesse, très vite un complément de message m'est venu:

 

Cette carte parle d’un sentiment d’insécurité, il est à noter que bien souvent ce sentiment prend ses racines dans l’enfance. Elle conseille de réconforter son enfant intérieur. Celui qui n’a pas été assez sécurisé  court toute sa vie après cette sécurité, vous seul êtes apte à sécuriser votre enfant intérieur.

Maintenant, pour moi cette carte est claire , elle parle de ceux qui cherchent toute leur vie la protection , la sécurité , les soins dont ils ont manqué. Souvent, on me parle de confiance, on me dit: je me demande si j'aurai à nouveau confiance en quelqu'un. J'ai, alors, une petite lumière qui s'allume et qui rectifie et j'entends : Est ce que j'aurai un jour confiance en quelqu'un? C'est tellement plus facile de penser que c'est un amour déçu , des mauvaises rencontres qui vous ont blessés. Mais la réalité est autre , la plupart du temps à moins de rencontres perverses, cette confiance rêvée n'a jamais existé . On peut être tenté de conseiller à ces gens d'attendre le partenaire amoureux qui saura jouer le rôle de parent, nombreux sont les gens bons et compatissants, à priori, ce n'est pas une chose hors d'atteinte . Mais il y a un hic, j'ai compris que ce besoin de sécurité, de protection est un besoin de l'enfance. C'est comme le lait , le bébé en a besoin mais il est néfaste pour l'adulte . Même la personne la plus compatissante, la plus amoureuse ne pourra combler ce besoin chez quelqu'un qui en a manqué dans son enfance . Quand on souffre de ce manque , il n'y a qu'une solution, se réconforter soi même. Je suis sûre que vous connaissez des gens de la sorte autour de vous, ce sont ceux qui ont toujours peur de manquer d'argent , quand ils ont une rentrée d'argent, au lieu de s'en réjouir , ils se lamentent et la trouvent insatisfaisante à .... répondre à leurs besoins. Ce sont les gens qui ont le complexe d'abandon qui pensent quoi que fasse leur partenaire qu'il est en train de partir .

Maintenant, je n'éprouve plus cette immense tristesse quand je rencontre cette carte dans mes tirages , je ne vois plus ces personnes comme des victimes de leur enfance , je vois simplement le pouvoir qu'ils ont, en eux, pour se compléter et devenir des adultes épanouis et libres.

Si on n’a pas répondu à ton besoin de sécurité pendant ton enfance,

Comprends que toi seul peut répondre à ce besoin dans ta vie adulte,

Sécurise ton enfant intérieur et libère ton entourage de cette charge !

Bon Voyage sur tes chemins !

Brigitte Lachaize

 


 

0 commentaires

Aider

Bonsoir

Que le premier article parle d'aide était pour moi évident . En effet, c'est depuis que j'ai accepté, en toute humilité, que l'un de mes besoins principaux était d'aider les autres que j'ai pu avancer à grands pas sur mon propre chemin . En l'acceptant, j'ai lâché mon désir de sauver l'autre et en la lâchant, j'ai lâché aussi les frustrations; Très curieusement, depuis que j'ai lâché cette rage de sauver l'autre, je reçois énormément des autres , des cadeaux merveilleux qui me remplissent d'une énergie que je redistribue avec bonheur .


Tout ce qui existe est énergie. il est très important qu'elle soit partagée équitablement, c'est à dire qu'il y ait un juste milieu: en donner et en recevoir.
Si tu donnes continuellement de ton énergie aux autres et que tu refuses d'en recevoir en retour, l'harmonie intérieure te sera difficile à atteindre. plus la circulation d'énergie est juste, mieux c'est pour l'être humain. Plus tu mets d'énergie dans l'accomplissement de tes désirs, plus vite ils se réaliseront. Ceux qui veulent recevoir sans effort ignorent l'existence de la loi de l'énergie, de la puissance de l'énergie. L'échange d'énergie doit y être.
Lise Bourbeau


Et sur le même sujet le message complémentaire de la carte Maternité des Chemins de Lulu :
Si vous êtes une personne qui donne sans répit soins et aides, sans jamais rien recevoir en retour : Ne vous est-il jamais arrivé de sentir monter une amertume ? Si, certainement. Mais avez-vous examiné l’effet de cette amertume sur ceux que vous aidez ? Moi, j’ai osé le faire, elle les culpabilise, elle les rabaisse, souligne leur faiblesse et ce, même si vous ne vous plaignez pas ouvertement. La belle énergie que vous donnez perd de sa force. Pour le bien de ceux que vous aidez, vous devez rétablir l’équilibre, savoir exprimer vos besoins aux autres et savoir exiger aussi de l’aide de leur part. Peu importe que cette aide vous soit donnée par les personnes que vous soutenez ou par d’autres, l’énergie doit circuler pour garder sa pureté, c’est la seule chose à comprendre. A l’opposé, si vous êtes en souffrance et avide de soutien, cherchez en vous ce que vous vous avez à donner à autrui, c’est le prix à payer pour que ce que vous recevez garde sa pureté et son intensité, c’est aussi le prix à payer pour retrouver votre dignité !
Brigitte Lachaize

1 commentaires

 

 

 

 

 

 

 

Mon site Peinture

ME SUIVRE